Murano et les environs

“Aussi, les demeures disposées des deux côtés du chenal faisaient penser à des sites de la nature, mais d’une nature qui aurait créé ses œuvres avec une imagination humaine”

Marcel Proust

“Murano est un centre habité trés animé de la lagune venitienne, à environ 1 km de Venise que l’on peut gagner en vaporetto en 7 minutes, voire à la nage pour les plus téméraires! Il faut compter 30 minutes en transport public de l’aéroport, de la Piazza San Marco et de la gare Santa Lucia. Murano comprend 7 îles et fait partie de la comune de Venise.

Avec 4.500 habitants, Murano est le centre le plus habité de la lagune, après Venise. Les îles sur lesquelles repose Murano se situent le long du Canal des Marani et sont partagées par des canaux et des petits chenaux et sont reliées entre elles part des ponts. Le territoire est entièrement urbanisé. Le centre est célèbre dans le monde entier pour son art de la production de verre qui date de plusieurs siècles.

“Murano est un centre habité trés animé de la lagune venitienne, à environ 1 km de Venise que l’on peut gagner en vaporetto en 7 minutes, voire à la nage pour les plus téméraires! Il faut compter 30 minutes en transport public de l’aéroport, de la Piazza San Marco et de la gare Santa Lucia. Murano comprend 7 îles et fait partie de la comune de Venise.

Avec 4.500 habitants, Murano est le centre le plus habité de la lagune, après Venise. Les îles sur lesquelles repose Murano se situent le long du Canal des Marani et sont partagées par des canaux et des petits chenaux et sont reliées entre elles part des ponts. Le territoire est entièrement urbanisé. Le centre est célèbre dans le monde entier pour son art de la production de verre qui date de plusieurs siècles.

La légende

Selon Pline l’ancien ( 23-79 apr.J-C.), on raconte que des marchands de nitre (nom ancien du salpêtre, ou nitrate de potassium) préparaient, dispersés sur le rivage, leur repas; ne trouvant pas de pierres pour rehausser leurs marmites, ils employèrent à cet effet les pains de nitre de leur cargaison; ce nitre, soumis à l’action du feu avec le sable répandu sur le sol, ils virent couler des ruisseaux transparents d’une liqueur inconnue, et telle fut l’origine du verre.
Une agréable légende, bien qu’il n’en ait pas été vraiment ainsi.

La légende

Selon Pline l’ancien ( 23-79 apr.J-C.), on raconte que des marchands de nitre (nom ancien du salpêtre, ou nitrate de potassium) préparaient, dispersés sur le rivage, leur repas; ne trouvant pas de pierres pour rehausser leurs marmites, ils employèrent à cet effet les pains de nitre de leur cargaison; ce nitre, soumis à l’action du feu avec le sable répandu sur le sol, ils virent couler des ruisseaux transparents d’une liqueur inconnue, et telle fut l’origine du verre.
Une agréable légende, bien qu’il n’en ait pas été vraiment ainsi.

Le verre

En 1605, la République de Venise institua Le livre d’or où l’on inscrivit le nom des famille originaires de Murano. Elles seules pouvaient exercer l’art du verre.
Les verriers furent les personnages les plus influents de l’île. Vers le XIVème siècle, les verriers sont autorisés à porter l’épée, jouissent de l’immunité de poursuites par l’État de Venise et prennent épouses dans les familles les plus riches de Venise. La contrepartie est importante : ils ne sont pas autorisés à quitter la République, sous peine de mort.

Le verre

En 1605, la République de Venise institua Le livre d’or où l’on inscrivit le nom des famille originaires de Murano. Elles seules pouvaient exercer l’art du verre.
Les verriers furent les personnages les plus influents de l’île. Vers le XIVème siècle, les verriers sont autorisés à porter l’épée, jouissent de l’immunité de poursuites par l’État de Venise et prennent épouses dans les familles les plus riches de Venise. La contrepartie est importante : ils ne sont pas autorisés à quitter la République, sous peine de mort.

HISTOIRE DU VERRE DE MURANO

L’histoire du verre à Murano commence en 1291 quand la République, craignant le feu et la destruction de la ville, dont la plupart des bâtiments étaient en bois, ordonne la destruction de toutes les fonderies de la ville de Venise. Cet ordre est assorti d’encouragements pour construire les fonderies hors de la ville, et à la fin du XIIIème siècle, l’industrie verrière se développe sur l’île de Murano.

Ce transfert, outre qu’il faisait éviter les incendies, permettait aussi de mieux préserver les secrets de fabrication d’une verrerie réputée et d’assurer la sécurité des stocks de matières premières dont l’entrepôt portait d’ailleurs le nom de « chambre des poisons ». L’activité de l’île prit vite une dimension industrielle qui lui donna richesse et renommée, elle devint la grande manufacture du verre et du cristal de Venise. Pendant cinq siècles, Murano a été le socle d’une production des plus florissantes, rivalisant avec les techniques du cristal de Bohême. Les fabriques de Murano fournissaient à la Cour de France, à la Cour impériale d’Autriche, aux Cours des Duchés italiens comme aux palais de Venise les meilleurs lustres de cristal polychrome et les plus beaux miroirs à encadrements de verre taillé. Ainsi naquit la renommée de Murano où les familles se transmettent encore, de génération en génération, les recettes et secrets que personne n’arrive à égaler.

La production du verre était très réglementée, non seulement en ce qui concerne l’obtention des licences pour les maîtres-verriers mais également sur le nombre d’ouvriers qu’ils avaient le droit d’employer, catégorie par catégorie. La corporation verrière y naquit au XIIIème siècle. De la même manière, pour mieux contrôler les prix et la production, un calendrier très strict de fonctionnement des fours était édicté par la République de Venise. Ainsi les verreries étaient obligées de respecter un congé annuel qui s’étendait de la mi-août à la mi-janvier.

Les verriers de Murano maintiennent leur monopole sur la fabrication du verre de qualité pendant des siècles, développent et peaufinent de nombreuses techniques, telles que les cristaux, l’émail, les parures au fil d’or, les verres multicolores (millefiori), le lait verre (lattimo), et l’imitation de pierres précieuses en verre. Aujourd’hui, les artisans de Murano utilisent toujours ces techniques séculaires.

HISTOIRE DU VERRE DE MURANO

L’histoire du verre à Murano commence en 1291 quand la République, craignant le feu et la destruction de la ville, dont la plupart des bâtiments étaient en bois, ordonne la destruction de toutes les fonderies de la ville de Venise. Cet ordre est assorti d’encouragements pour construire les fonderies hors de la ville, et à la fin du XIIIème siècle, l’industrie verrière se développe sur l’île de Murano.

Ce transfert, outre qu’il faisait éviter les incendies, permettait aussi de mieux préserver les secrets de fabrication d’une verrerie réputée et d’assurer la sécurité des stocks de matières premières dont l’entrepôt portait d’ailleurs le nom de « chambre des poisons ». L’activité de l’île prit vite une dimension industrielle qui lui donna richesse et renommée, elle devint la grande manufacture du verre et du cristal de Venise. Pendant cinq siècles, Murano a été le socle d’une production des plus florissantes, rivalisant avec les techniques du cristal de Bohême. Les fabriques de Murano fournissaient à la Cour de France, à la Cour impériale d’Autriche, aux Cours des Duchés italiens comme aux palais de Venise les meilleurs lustres de cristal polychrome et les plus beaux miroirs à encadrements de verre taillé. Ainsi naquit la renommée de Murano où les familles se transmettent encore, de génération en génération, les recettes et secrets que personne n’arrive à égaler.

La production du verre était très réglementée, non seulement en ce qui concerne l’obtention des licences pour les maîtres-verriers mais également sur le nombre d’ouvriers qu’ils avaient le droit d’employer, catégorie par catégorie. La corporation verrière y naquit au XIIIème siècle. De la même manière, pour mieux contrôler les prix et la production, un calendrier très strict de fonctionnement des fours était édicté par la République de Venise. Ainsi les verreries étaient obligées de respecter un congé annuel qui s’étendait de la mi-août à la mi-janvier.

Les verriers de Murano maintiennent leur monopole sur la fabrication du verre de qualité pendant des siècles, développent et peaufinent de nombreuses techniques, telles que les cristaux, l’émail, les parures au fil d’or, les verres multicolores (millefiori), le lait verre (lattimo), et l’imitation de pierres précieuses en verre. Aujourd’hui, les artisans de Murano utilisent toujours ces techniques séculaires.

MURANO AUJOURD’HUI

Il existe aujourd’hui sur l’île une cinquantaine de maîtres-verriers. Ils produisent du verre soufflé, des lampadaires, des verres ainsi que des objets d’art classique et moderne. On trouve également des ateliers où on pratique le soufflage de verre au chalumeau, des décorations et gravures et la coupe. Sans compter les autres boutiques d’artisanat. Il n’est pas possible d’entrer directement dans les ateliers mais on peut parfois visiter des salles d’expositions avec la possibilité de participer à une démonstration de soufflage de verre sans obligation d’achat.

RÉSERVEZ VOTRE SÉJOUR Á VILLA LINA

POUR INFORMATION

MURANO AUJOURD’HUI

Il existe aujourd’hui sur l’île une cinquantaine de maîtres-verriers. Ils produisent du verre soufflé, des lampadaires, des verres ainsi que des objets d’art classique et moderne. On trouve également des ateliers où on pratique le soufflage de verre au chalumeau, des décorations et gravures et la coupe. Sans compter les autres boutiques d’artisanat. Il n’est pas possible d’entrer directement dans les ateliers mais on peut parfois visiter des salles d’expositions avec la possibilité de participer à une démonstration de soufflage de verre sans obligation d’achat.

RÉSERVEZ VOTRE SÉJOUR Á VILLA LINA

POUR INFORMATION

Á VOIR

En 1700 Murano comptait de nombreuses églises et couvents dont on dit que, pour des raisons peu religieuses, Casanova était un grand habitué.
Certaines églises ont survécu à la campagne napoléonienne :la Basilique San Donato, l’église romaine du VIIème siècle dont l’intérieur est orné de splendides mosaïques, l’église San Pietro, martyr du XIVème siècle, où on peut admirer des peintures de Véronèse, le Tintoret, Bellini et une très belle sacristie, sans oublier l’église Santa Maria degli Angeli du XIIème siècle, un trésor tout juste restauré.

Aujourd’hui, Murano possède son Musée du Verre qui propose des expositions sur l’histoire de la verrerie et des échantillons de verre depuis l’époque égyptienne jusqu’à nos jours. Dans la salle du premier étage, vous pourrez admirer les blasons des grandes familles de Murano.

Le phare de marbre de Murano est encore un important point de repère pour les bâteaux de passage à Venise.

Á VOIR

En 1700 Murano comptait de nombreuses églises et couvents dont on dit que, pour des raisons peu religieuses, Casanova était un grand habitué.
Certaines églises ont survécu à la campagne napoléonienne :la Basilique San Donato, l’église romaine du VIIème siècle dont l’intérieur est orné de splendides mosaïques, l’église San Pietro, martyr du XIVème siècle, où on peut admirer des peintures de Véronèse, le Tintoret, Bellini et une très belle sacristie, sans oublier l’église Santa Maria degli Angeli du XIIème siècle, un trésor tout juste restauré.

Aujourd’hui, Murano possède son Musée du Verre qui propose des expositions sur l’histoire de la verrerie et des échantillons de verre depuis l’époque égyptienne jusqu’à nos jours. Dans la salle du premier étage, vous pourrez admirer les blasons des grandes familles de Murano.

Le phare de marbre de Murano est encore un important point de repère pour les bâteaux de passage à Venise.

Villa Lina Venezia Murano

BURANO

Petite île de pêcheurs et de dentellières typique avec des maisons de toutes les couleurs. En septembre a lieu à Burano la revanche de la fameuse regate historique de Venise.

Villa Lina Venezia Torcello

TORCELLO

Il s’agit d’un des premiers centres habités de la lagune dont le déclin commença avec la naissance de Venise, sa voisine. Á voir la cathédrale Santa Maria Assunta datant de 639 et la petite église Santa Fosca du XIème siècle.

Villa Lina Venezia Murano

LE LIDO DE VENISE

Célèbre pour sa belle plage, ses demeures style Liberty et naturellement pour le Festival du cinéma et son Casino.